Jean Schneider

ICHT Member (France)

Metz, 1903 – Metz, 2004

 

Jean Schneider est décédé, centenaire, le 14 mai 2004. Né à Metz le 3 novembre 1903, agrégé d’histoire, il enseigne aux lycées de Metz et de Montpellier avant d’être nommé chargé d’enseignement à la faculté des lettres de Nancy en novembre 1943. Résistant, arrêté en janvier 1944, il est déporté au Struthof puis à Dachau. Sa thèse soutenue en 1948, La ville de Metz aux XIII° et XIV° siècles (Nancy, 1950) fait de lui un spécialiste reconnu de l’histoire urbaine. Professeur à la faculté des lettres de Nancy, il en est le doyen de 1954 à 1956 et de 1959 à 1968. Il est directeur d’études à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes de 1957 à 1974, membre de l’Institut en 1968. Après sa retraite en 1974, il continue jusqu’à ses derniers moments ses recherches sur l’histoire des villes et l’histoire de la Lorraine. Il avait été membre de la CIHV au moins depuis 1965 jusqu’à 1972.

Jean Schneider figure parmi les grands historiens qui se sont distingués tout autant par leur enseignement, leurs recherches et leur implication dans les structures universitaires et scientifiques. Ceux qui le lisent peuvent apprécier sa critique rigoureuse des sources, la clarté de son exposé et son souci d’aller du particulier au général. Ceux qui, en plus, ont eu la chance de le fréquenter et que, par respect, ils ont continué d’appeler “ le doyen Schneider ” gardent le souvenir d’un homme digne, courageux sous les coups du sort, qui en imposait sans chercher à s’imposer, exigeant mais attentif, dont les critiques, franches mais justifiées, et les conseils, opportuns et fructueux, enrichissaient toujours ceux qui les recevaient.

André Chédeville – Rennes

Menu